Les candidats à la présidentielle et la Charte pour un Monde Vivable

Publié le par mondevivable

Le 18 janvier 2012, le comité de suivi des EGMV a adressé la Charte pour un Monde Vivable à tous les candidats déclarés à l'élection présidentielle et les a invités à la signer en indiquant, le cas échéant, les points avec lesquels ils sont en désaccord.

Les candidats s’étant déclarés ultérieurement l’ont également reçue. La date limite de réponse, initialement fixée au 12 mars, a été repoussée d’un mois, et il a été signalé le 7 avril à ceux n’ayant pas encore répondu que l’absence de réponse vaudrait classement définitif sur une liste noire.   

A partir de leurs réponses et d'une échelle de notation préalablement définie par le Comité de Suivi de la Charte, nous avons noté les candidats qui nous ont répondu de A+ (meilleure note) à G. 

 

Echelle-et-noms-18-avril.jpg

Six candidats ont répondu à la sollicitation en précisant, le cas échéant, leurs points de désaccord : Eva Joly, Jean-Marc Governatori, Jean-Luc Mélenchon, Corinne Lepage, Nicolas Dupont-Aignant et Philippe Poutou.

Deux de ces candidats ont été éliminés pour nombre insuffisant de parrainages : Jean-Marc Governatori et Corinne Lepage.

Six des dix candidats restés en lice  pour le premier tour de l'élection présidentielle n’ont pas jugé utile de répondre malgré les invitations renouvelées du Comité de Suivi. Il s'agit de :

-          Nathalie Arthaud

-          François Bayrou

-          Jacques Cheminade

-          François Hollande

-          Marine Le Pen

-          Nicolas Sarkozy

C'est donc en connaissance de cause qu' ils sont classés définitivement dans le noir.

On notera qu’au chapitre « Paix et désarmement », Article 1.2.F, Eva Joly, Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon ont tous les trois approuvé  « l’ouverture d’un débat national et la consultation du peuple français par référendum sur la question suivante :

« Approuvez-vous que la France participe avec les autres Etats concernés à l’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace »

 

Commenter cet article